Diagnostic de performance énergétique : Les changements

Diagnostic de performance énergétique : Les changements

Cette année, le diagnostic de performance énergétique va connaître des changements.

L’État met en place de nombreuses actions pour réduire l’impact environnemental des logements.

En tant qu’investisseur, il est important de connaître les mises à jour dans ce secteur.

Quels sont les changements qui vont avoir lieu ? La réponse tout de suite dans ce nouvel article.

Diagnostic de performance énergétique, définition

Le diagnostic de performance énergétique permet d’estimer la consommation d’énergie ainsi que les émissions de gaz à effet de serre d’un logement.

Avant d’investir, il est indispensable de connaître les performances énergétiques du logement en question. 

Rappelez-vous, moins la consommation énergétique de votre logement sera élevée, moins vos charges mensuelles seront élevées (électricité, chauffage, etc.). 

Depuis 2006, le diagnostic de performance énergétique (DPE) est obligatoire lors de toute vente de logement. C’est au vendeur qu’il incombe de réaliser le DPE par un diagnostiqueur certifié avant de mettre son logement à la vente.

C’est la consommation annuelle d’énergie du bien qui va être prise en compte lors du calcul du DPE soit le chauffage utilisé ainsi que l’eau chaude. 

Puis, le second calcul sera basé sur la quantité annuelle de CO2 produite par m².

A titre d’information, en moyenne, la consommation énergétique d’un logement est comprise entre 151 et 330 kWhep/m².

A la suite du diagnostic, le logement se verra attribuer une lettre comprise entre A et G. G correspondant à une performance énergétique basse et A à une performance énergétique élevée. 

La plupart des logements en France appartiennent à la classe D ou E.

Sachez qu’un diagnostic de performance énergétique est valable pendant 10 ans.

Le DPE va aussi comporter des informations sur les matériaux d’isolation, le type de menuiseries, le système utilisé pour le chauffage, la ventilation et la production d’eau chaude de l’appartement.

Il présentera aussi une partie donnant des conseils afin de réduire la consommation d’énergie du logement au quotidien.

Le nouveau DPE

Dès le mois de juillet 2021, le DPE connaîtra certains changements. 

A compter de cette date, le diagnostic de performance énergétique deviendra opposable.

Un des changements notables du DPE sera la méthode de calcul utilisée. Elle sera consolidée et appliquée de façon homogène d’un logement à un autre.

Auparavant, le DPE se basait sur les factures de consommation du logement alors qu’à présent il se focalise sur ses caractéristiques techniques.

Les nouveaux diagnostics risquent donc d’être différents des anciens.

Autre changement, la présentation du DPE. Elle sera beaucoup plus claire et donc plus facilement lisible.

L’accent sera mis sur les possibilités de rénovation du logement afin d’améliorer sa performance énergétique. Il proposera des travaux simples à comprendre et à mettre en place avec une idée précise de la performance énergétique qu’aura le logement par la suite.

Dès le mois de juillet, le DPE sera réalisé d’après la méthode 3CL (Calcul de la Consommation Conventionnelle des Logements).

Les calculs de cette méthode se basent sur un logement dont l’occupation serait de 16h/jour en semaine et de 24h les week-ends. Ensuite, ils partent du principe que les personnes habitant le logement sont absentes 3 semaines par an.

Concernant la température du chauffage, les calculs se basent sur une température de 19 degrés en journée et de 17 degrés la nuit.

La consommation d’eau chaude est un simple calcul basé sur un taux d’occupation standard et prenant en compte la surface totale habitable.

Pour finir, le calcul va prendre en compte les données climatiques du département où se situe le logement sur les 30 dernières années.

Vers qui se tourner pour faire un DPE ?

Vous l’aurez compris, vous êtes dans l’obligation d’effectuer un diagnostic des performances énergétiques de votre logement, que ce soit dans le cadre d’une vente ou d’une location.

Déjà, faites bien attention à vous tourner vers un prestataire de diagnostics immobiliers certifié par un organisme accrédité. Ces prestataires disposent généralement d’une assurance en responsabilité civile professionnelle ce qui va permettre de couvrir le diagnostic énergétique qu’ils réaliseront. N’hésitez pas à vérifier auprès d’eux qu’ils soient bien détenteurs de cette assurance.

Vous pouvez trouver sur Internet une liste des entreprises spécialisées qui sont certifiées pour effectuer les différents types de diagnostics.

Sachez qu’il n’y a pas que le DPE qui est obligatoire. Il y a aussi le diagnostic amiante, plomb, gaz et termites.

Le diagnostic de performance énergétique sera à votre charge lors de la location de votre bien.

Au niveau des prix du DPE, la fourchette varie beaucoup en fonction de la taille du bien. En moyenne, ils peuvent aller de 100 euros à 250 euros en fonction du type de logement (appartement ou maison) et du nombre de pièces. Bien sûr, le coût varie aussi en fonction des différents bureaux d’études thermiques.

Je vous recommande de demander plusieurs devis avant de choisir votre prestataire. 

L’État a mis en place MaPrimeRénov pour venir en aide aux ménages dont les revenus sont modestes dans le cadre de la rénovation de leur logement. En fonction du revenu, la prime peut aller de 300 € à 500 €.

Les changements à venir

Initialement, le DPE devait devenir opposable au 1er janvier 2021. À cause de la crise sanitaire actuelle, sa nouvelle version sera mise en place au premier juillet 2021.

Mais ce n’est pas tout. Afin de réduire au maximum les logements dont l’empreinte écologique est conséquente, l’État a prévu de continuer de mettre en place des nouvelles réglementations dans les années qui arrivent.

Au 1er janvier 2022, toute annonce immobilière devra obligatoirement faire apparaître les performances énergétiques du logement, la quantité d’émission de gaz à effet de serre et également une estimation de la facture de consommation d’énergie du logement.

Par la suite, au 1er janvier 2023, il sera interdit de louer des logements dont la consommation énergétique excède les 450 kWh/m² par an.

En 2024, l’État pourrait rendre obligatoire un DPE de copropriété pour tous les bâtiments d’habitation collective.

Au 1er janvier 2025, les anciens DPE ne pourront plus du tout être utilisés.

Attention, il est important que vous sachiez que le gouvernement prévoit d’interdire la location des logements dont les performances énergétiques sont basses, dès 2025 pour les logements dont les performances énergétiques sont classées G et dès 2028 pour ceux classés F.

Il vaut donc mieux investir dans un logement dont les performances énergétiques sont basses ou bien entreprendre dès maintenant les rénovations nécessaires à l’amélioration de la consommation énergétique du bien.

Conclusion

Effectuer un diagnostic de performance énergétique est donc obligatoire lorsque vous souhaitez louer un bien immobilier.

De nombreux prestataires proposent ces services et je vous invite à prendre le temps de les comparer avant de vous lancer.

Réservez dès maintenant votre appel stratégique gratuit pour que nous puissions faire le point sur vos projets.