Crédit immobilier : les bonnes nouvelles du mois d’avril 2021

Crédit immobilier : les bonnes nouvelles du mois d’avril 2021

Cela fait déjà quelques années que les taux d’emprunts dans l’immobilier sont bas.

Depuis le début de la crise sanitaire, ils continuent de baisser.

Cette année, en avril, les taux enregistrés n’ont jamais été aussi bas !

C’est une excellente nouvelle pour nous, investisseurs, et c’est donc une période idéale pour demander un crédit en vue d’investir.

Le secteur de l’immobilier est un secteur qui évolue en permanence, je vous propose de découvrir ensemble les actualités concernant les crédits immobiliers.

La baisse des taux

C’est la première fois que les taux d’intérêts des crédits immobiliers sont aussi bas.

Pour vous donner un ordre d’idée, la moyenne des taux d’intérêts observée pendant le mois d’avril était de 1,07% pour une durée d’emprunt environnant les 20 ans. C’est un taux extrêmement bas.

Pour une durée similaire, certains taux accordés ont même été de 0,80% en fonction des cas.

Ce taux a connu une baisse importante en très peu de temps, en mars de cette même année il était de 1,11% pour une durée d’emprunt similaire !

Bien sûr, les taux varient en fonction de la durée du prêt.

Par exemple, pour un prêt s’étalant sur une durée de 15 ans, les taux d’intérêts sont d’environ 0,89% tandis que pour un prêt s’étalant sur 25 ans ils avoisinent les 1,23%.

Pour résumer, peu importe la durée de votre crédit, les taux sont plus bas qu’en temps normal et donc particulièrement intéressants.

C’est un phénomène qui s’explique par plusieurs raisons.

Déjà, il faut savoir que les prix dans le secteur de l’immobilier continuent d’augmenter malgré la crise du Covid. En plus, les français ne sont pas dans une situation économique stable en ce moment.

Par conséquent, les organismes bancaires ont fait le choix de baisser leurs taux d’intérêts pour permettre au plus grand nombre d’investir malgré la situation actuelle.

Ce faisant, ils s’assurent d’avoir des clients et des demandes de prêts.

Mais c’est aussi grâce à la concurrence dans le domaine bancaire que les taux d’intérêts ont baissé. 

Les organismes préteurs sont nombreux, ils sont donc forcés de s’aligner pour pouvoir conserver leurs clients et pour en attirer de nouveaux.

Durée des prêts

Avez-vous déjà entendu parler du HCSF ? Il s’agit du Haut Conseil de Stabilité Financière. C’est une autorité qui est chargée d’exercer la surveillance du système financier en France.

Elle permet d’assurer la stabilité du système financier pour veiller à la croissance économique du pays.

Cette entité veille à ce que les instituts bancaires n’acceptent pas des demandes de crédits dont les mensualités dépasseraient les 35% des revenus des emprunteurs.

Afin de veiller à maintenir ce pourcentage, les banques ont rallongé la durée moyenne des crédits qu’elles octroient.

C’est donc en augmentant la durée des prêts que les banques parviennent à réduire les mensualités et à respecter cette règle des 35%.

Ça leur permet d’accorder des crédits plus facilement, en particulier aux ménages dont les revenus sont modestes. Les ménages les plus aisés continuent d’emprunter sur une durée similaire qu’avant le début de la crise.

La durée des crédits en France s’est donc majoritairement allongée, on observe une durée moyenne supérieure de 11 mois depuis le début de l’année.

Il y a aussi de plus en plus de prêts qui s’étalent sur des longues durées et qui dépassent les 20 ans.

Les conditions de prêts

Les taux de prêts sont donc très bas en ce moment tandis que la durée moyenne des prêts se rallongent.

Mais qu’en est-il des conditions de prêt ? Elles ont elles aussi connu une évolution.

Les banques sont de plus en plus sélectives ce qui s’explique par le contexte actuel. 

La crise sanitaire a eu des conséquences importantes sur l’économie en France, en particulier sur le secteur du travail.

C’est un fait, de nombreux français ont perdu leur travail du jour au lendemain et se sont retrouvés dans l’incapacité de rembourser leur crédit.

C’est pourquoi les banques sont désormais plus intransigeantes sur les conditions d’octroi de crédit.

Elles doivent également respecter les 35% imposés par la HSCF et ne peuvent pas dépasser la durée de 27 ans pour le remboursement d’un prêt.

Elles sont aussi très regardantes sur la situation professionnelle de l’emprunteur et sont beaucoup plus vigilantes quant à sa gestion de ses revenus.

Elle va regarder si l’emprunteur a d’autres crédits, s’il a des incidents de paiement, de combien est son reste à vivre à la fin du mois…

C’est pour toutes ces raisons que les banques vont pousser les emprunteurs à souscrire à des assurances. Il en existe de toutes sortes, certaines seront adaptées à la perte d’un emploi, d’autres sont utiles en cas d’invalidité de l’emprunteur…

Sachez que vous n’êtes pas dans l’obligation d’adhérer à ces assurances et rappelez-vous que les conditions d’emprunt sont toujours négociables.

Si les conditions sont meilleures ailleurs, il est toujours possible d’avoir recours à une autre banque pour demander un prêt ou à un autre assureur que votre organisme bancaire. 

Je recommande toujours à mes clients de prendre le temps de comparer les différentes offres, elles sont très nombreuses de nos jours.

Il existe sur le Web des comparateurs d’offres qui peuvent vous permettre de connaître les taux actuels rapidement et de comparer facilement le prix des assurances proposées par les différents organismes.

C’est une étape très importante qui peut vous permettre de réaliser des économies de taille.

L’apport personnel est également une donnée importante lorsqu’on demande un prêt, il doit représenter au moins 10% du montant total du prêt, 15 à 20% en comptant les frais de garantie et de dossier.

Il faut savoir qu’avec le contexte actuel les banques refusent d’accorder un prêt si l’apport personnel n’est pas suffisant. 

Conclusion

Au mois d’avril dernier, les taux d’emprunts des crédits immobiliers affichaient des taux d’emprunts plus bas que jamais.

C’est donc un moment idéal pour investir dans l’immobilier.

En ce début du mois de mai, les taux commencent doucement à remonter tout en restant très bas.

En parallèle, les instituts bancaires sont de plus en plus regardants quant à la situation financière et professionnelle des emprunteurs. 

Malgré la crise actuelle, il y a toujours autant de demandes de crédits et les organismes préteurs accordent de plus en plus de prêts.

Si vous êtes en train de mettre en place un projet d’investissement immobilier, je vous invite à sauter le pas, c’est le bon moment pour demander un crédit.

Réservez dès maintenant votre appel téléphonique stratégique gratuit en cliquant ici. Mon équipe et moi-même nous ferons un plaisir de vous accompagner dans votre projet immobilier.